Attention : Les commandes et devis sont momentanément indisponibles.

Le guide des 50 tendances culinaires de 2010 à 2020

mai 18, 2019

1.    Cuisine moléculaire : L’alchimie des saveurs

Cuisine élaborée, la cuisine moléculaire présente des concepts texturés et visuels recherchés avec des techniques précises qui relèvent de la science... c'est le concept de gastronomie moléculaire. Ces créations ludiques garantissent une expérience culinaire unique.

L’origine d’un concept :

Le terme de "gastronomie moléculaire" est né de la rencontre entre deux scientifiques, Nicholas Kurti (Physicien à Oxford), et Hervé This (Physico-Chimiste) en 1988. Leur objectif était d’analyser la réaction et l’interaction des molécules alimentaires entre elles. Dès lors, les Chefs de cuisine des plus grandes tables étoilées se sont rapprochés de ces scientifiques pour élaborer de nouvelles créations culinaires. 

La démocratisation de la gastronomie moléculaire a donné naissance au terme de cuisine moléculaire, c'est ainsi que de nombreux Chefs se sont formé et appropriés ces techniques : « cuisine technico-émotionnelle », « cuisine technico-conceptuelle », « cuisine moderniste », …

En cherchant à mieux comprendre les produits et leurs interactions les instigateurs du mouvement ont remis les produits et les arômes au centre de l’assiette, un concept culinaire au service des papilles. 

L’intérêt de la cuisine moléculaire ?

  • La redécouverte des grandes assiettes grâce au jeu des textures : billes de gelée, ou écumes parfumées accentue des goûts et des saveurs parfois oubliées.
  • Une meilleure compréhension des processus chimiques tel que le processus technique de la montée d’une mayonnaise.
  • Des arômes décuplés grâce à une meilleure maitrise des cuissons par exemple.

traiteur en ligne - cuisine moleculaire

2.    La cuisine fusion : Mondialisation et métissage des cuisines

Mélange des cultures et des cuisines, la cuisine fusion est le produit d’un monde de plus en plus interconnecté. Elle se traduit par la combinaison de techniques et recettes issues de cultures et pays différents. Cette cuisine réinterprète ainsi des plats classiques exécutées en combinant des aliments, des modes de cuissons et des saveurs traditionnelles issues de plusieurs cultures différentes. Elle propose ainsi des accords surprenants et la découverte certaine de nouvelles saveurs avec une démarche délibérée de surprendre le consommateur. 

La première apparition de la cuisine fusion en France remonte aux années 70’. Ce sont les balbutiements des recettes classiques finement revisitées avec des inspirations étrangères comme par exemple les ravioles au foie gras ou au homard. Aujourd’hui, la cuisine en fusion ne connait plus vraiment de limites. Les Chefs sont toujours plus créatifs et mettent leur imaginaire au service du voyage des papilles en créant des plats toujours plus hybrides. Chutney aux questch alsaciennes, blanquette de veau au lait de coco, BLT à la noix de saint jacques ou bien encore la success-story urbaines du « cronut » cette viennoiserie américaine où le mythique donut épouse son cousin français le croissant … Avec la cuisine fusion, les codes sont réinterprétés à l’envie.

3.    Le locavorisme : Consommer local, un succès global

Avec la croissance d’une consommation responsable recherchée par de nombreux français, le locavorisme connaît une réelle progression en France. Ce mouvement favorise une consommation alimentaire en circuit court en mettant l’accent sur la proximité entre le consommateur final et le producteur. Le critère principal : "manger local".

En pratique, l’aliment doit être produit dans périmètre maximum de 200 km autour du consommateur final. Cette façon de consommer contribue à encourager les producteurs locaux. Elle correspond aussi à la conséquence du désir croissant de transparence venant des consommateurs qui souhaitent être informés du contenu et de la provenance de ce qu’ils mangent.

Le locavorisme est aussi une démarche de responsabilité environnementale. En effet, en passant par des producteurs locaux, on réduit l’impact environnemental que peut avoir une production importée ou ayant fait un long parcours d’acheminement et subit une transformation longue. Le but : Réduire l’emprunte carbone de chacun. 

Bien que peu de français soit 100% locavore, la tendance est en essor. Ainsi «80% des consommateurs disent acheter désormais des produits locaux, et parmi eux, près de 4 personnes sur 10 déclarent le faire même souvent ». Il s’agirait d’une tendance en progression, puisque «69% des acheteurs de produits locaux déclarent en acheter actuellement plus qu’avant ».

Globalement, ce mouvement de consommateurs responsables connaît un essor international avec de plus en plus d’adeptes de sa variante américanisée : Le « farm-to-table », en français de la ferme directement à la table.

4.    Le véganisme, plus qu’une cuisine, une façon de vivre 

Plus qu’un réel régime le véganisme est une vraie façon de vivre excluant de la consommation quotidienne de tout produit issue d’origine animale ou provenant de leur exploitation. C’est un style de vie motivé par la défense l’animal (sa vie mais aussi son bien-être) et environnementale.

Les vegans ont à cœur de réduire leur impact sur l’environnement (émission de gaz à effet de serre lié à l’exploitation animale notamment bovine) et de préserver les ressources sollicitées pour la production animale (forêts décimées, utilisation accrue des ressources en eaux pour les besoins d’agriculture, pêches abusives et préservation de la biodiversité). La pratique du véganisme s’étend bien au-delà des limites alimentaires et touche tous types de consommations (fourrure, laine, cire d’abeille, cosmétiques).

Le marché du véganisme se concentre cependant essentiellement sur le secteur alimentaire là où la matière première provenant d’animaux est la plus grande. En 2018, le marché vegan a connu un essor de 24%. Fruit de cette demande croissante, la cuisine végane séduit de plus en plus.

Contraignante pour certains, style de vie pour d’autres, cette tendance a su s’adapter en proposant des alternatives gourmandes accessible au plus grand nombre. On trouve ainsi des recettes et saveurs qui restent proches de produits plus classiques issus de production animales. Parmi les exemples d’alternatives réussies on découvre des fromages à base de noix de cajous (façon fromage de chèvre), la quiche à base de tofu fumé et lait de soja (remplaçant les produits laitiers et les œufs). Pour les adaptes du sucré, il existe même des glaces véganes comme par exemple, la glace écrasée de banane et chocolat sur une base de lait de soja saupoudrée de noix et spéculos. 

traiteur en ligne - glace vegan

5.    Être végétarien, un style de vie en essor

Le végétarisme ? Impossible de passer à côté. Très proche du véganisme, le végétarisme exclut uniquement la consommation d’aliments provenant directement de la production à partir de la chair animale. Plus flexible, la cuisine végétarienne autorise les produits laitiers, œufs et miel. Elle favorise des saveurs traditionnelles élaborée à partir d’ingrédients frais, naturels et non-transformés. La différence majeure avec la cuisine traditionnelle reste l’absence de viande. Le végétarisme a su trouver des alternatives à la viande proposant ainsi des steaks de tofu ou des burgers « veggies » (sans viande).

L’essor de ce mode de consommation a contribué à dévoiler de nouveaux aliments et saveurs qui ont progressivement fait leur chemin jusque dans les habitudes alimentaires parfois même des non-vegan ou non- végétariens.

Parmi des recettes gourmandes qui séduisent toutes les papilles on retrouve les salades à base de graines comme le quinoa ou le boulgour dégustées avec tomates, avocats, oignons rouges et un simple filet d’huile d’olive. Les alternatives au plat chaud carnivore sont aussi nombreuses et savoureuses comme le risotto aux tomates rôties et basilic ou bien la pizza au pesto, courgettes et pêches.

Pour l’apéritif, les tartines en assortiments sont consensuelles et festives. Simples et très souvent appréciées de tous, elles se déclinent en toutes sortent de composition : chèvre miel, mozza tomate, guacamole tomates et fromage frais etc.

6.    Flexitarisme : 34% des français se disent flexitarien

Après veganisme et végétarisme, une nouvelle tendance plus accessible et beaucoup plus récente a émergée suite à l’extrême popularité des deux précédentes : « le flexitarisme ». 

Né aux USA dans les années 1990’ on observe aujourd’hui son développement dans l’hexagone. Plus flexibles dans la pratique du végétarisme, les flexitariens ou « semi-végétariens » sont végétariens mais s’autorisent occasionnellement la consommation de viande et produits issus de production animale. Dans cette optique, le flexitarien mange de la viande de façon épisodique et va donc s’assurer que ce soit un instant agréable avec un produit de qualité. Le plus souvent la dégustation sera alors au restaurant ou lors d’un repas en famille ou entre amis.

7.    Le bio : Peu d’offre de restauration face à une demande qui explose  

Le bio représente 10 fois le marché du vegan et végétarisme. Il connaît un gigantesque essor qui n’est pas prêt de faiblir. Les français veulent consommer mieux et souhaitent être informés concernant ce qu’ils achètent. Ce qu’ils mangent doit être sain, traçable et responsable.

Avec le bio on revient à l’essentiel : Tout ce qui est qualifié de « bio » est forcément issu d’une agriculture biologique c’est à dire sans engrais de synthèse et sans pesticides. La culture biologique est une culture naturelle.  

Le marché du bio a connu un véritable boom ces dernières années. Il est estimé à 10 milliards d’euros de chiffre d’affaire en 2018 avec 5% de la population nationale qui déclare avoir consommé bio dans l’année. Les grands champions du bio sont les fruits et légumes avec 59% des français qui consomme régulièrement des fruits et légumes bio. Le bio est représenté en supermarché et chez les français mais les restaurants et traiteurs tardent à prendre la vague pourtant remarquable. Ainsi, en 2018 83% des français souhaiteraient retrouver une offre dédiée en restauration.  

8.    Le « snacking » : Cuisine urbaine rapide et sur le pouce

« Le snacking » naît dans les années 2000 avec une nouvelle demande des consommateurs cherchant des produits faciles et rapides à manger notamment dans le cadre de l’environnement de travail. Le snacking, c’est une offre alimentaire « prête à manger » avec des plats à déguster sur le pouce à tout instant de la journée.

Dans cette optique les industriels mais aussi les chaînes de restaurant ont développé des offres et recettes élaborées pour répondre aux goûts de tous avec pour boussole la commodité qualifiée par la rapidité et facilité de dégustation. Sandwich et salades prêts à consommer se retrouvent aujourd’hui dans une variété pléthorique de formes. Parmi les offres snackings on découvre des exemples variés tel que sandwich au foie gras, pain bania niçois, jambon de Serrano, pizza, salad bowls. Il existe des cuisines snacking pour tous les moments de la journée et pour toutes les envies. 34% de l’offre snacking est consommée par exemple à l’heure de l’apéritif par les français.

On retrouve cette tendance dans la restauration rapide et urbaine comme la chaîne “Prêt à manger” ou “Bagelsteins” proposant des recettes savoureuses composées de produits frais répondant au critère de rapidité avec des sandwiches, salades et soupes qui se dégustent en quelques minutes. Les traiteurs comme La Potinière ont aussi su réinterpréter des pièces cocktails phares et développer une offre “snacking” avec des amuses bouches délicats et savoureux tels que des mini club sandwiches frais, mini wraps poulets mangues ou encore des coupelles de salades appréciées de tous comme la salade Caesar ou salade de quinoa.

9.    Le « Fingerfood » : Le grignotage version chic !

On devine sa signification avec sa référence aux « fingers », qui signifient les doigts en français. La fingerfood correspond littéralement à tout ce qui se mange avec les doigts. Les restaurateurs, traiteurs et industriels rivalisent d’imagination pour proposer une offre qui s’inscrit dans une influence américanisante de la cuisine. 

Similaire au snacking, la fingerfood a un élément clef en plus de la rapidité de dégustation propre au snacking : elle doit se déguster en une bouchée et avec les doigts. A ne pas confondre avec le grignotage, la fingerfood est gastronomique et propose simplement une approche plus ludique et conviviale autour de la dégustation. Elle implique très fréquemment un moment d’échange et de partage autour de petites pièces à déguster chaudes ou froides. Sans la barrière des couverts, la fingerfood promet un moment informel avec des convives souvent rassemblés autour de petits fours ou pièces cocktails rapide à déguster. Reprenant les codes de la fingerfood à l’américaine (inspiré de la street-food ou la restauration rapide), on retrouve ainsi souvent des concepts culinaires connus et populaires comme les tapas, les verrines, les spoons. En pièces sucrées il existe aussi un florilège de mini douceurs classiques revisitées en format fingers tels que les éclairs chocolat ou encore le traditionnel paris-brest.

traiteur en ligne - pieces cocktails - finger food

10.                  Le « Fooding » : Food + feeling, une cuisine accessible à tous

Les années 2000 ont marqué l’évolution de la cuisine française vers une gastronomie nouvelle, moins intimidante, moins empesée qu’auparavant. C’est dans cette nouvelle vague que s’inscrit le mouvement néo culinaire du “fooding” qui s’étend dans les années 2010. Contraction de “food” et “feeling”, le terme décrit une cuisine sans conventions et sans limites hormis une seule sacrée : le goût.

Le fooding fût clivant et n’a pas toujours mis d’accord dans l’hexagone où la gastronomie traditionnelle a longtemps été protégée. C’est ainsi qu’en 2010, Frédéric Mitterrand (alors ministre de la Culture) est vivement critiqué suite à sa présence à l’anniversaire des dix ans du Fooding. « Vous chantez les valeurs de la cuisine traditionnelle tout en étant un ardent défenseur du « Fooding » dont vous avez salué cette semaine l’approche ludique, moins empesée, de la gastronomie ». Frédéric Mitterrand répondra « On peut aimer Rembrandt et Basquiat. C’est en appréciant Basquiat que l’on en vient à goûter Rembrandt, et réciproquement. » 

Dans un maillage de tendances culinaires aujourd’hui variées et audacieuses, le fooding parait être avoir construit les fondations pour l’avènement d’autres mouvements adeptes d’expérimentation et d’exploration de nouvelles techniques comme le moléculaire ou bien encore la cuisine fusion.

11.                  La Bistronomania : Bistro’ + Gastro’ = la recette qui séduit les français depuis 20 ans

La cuisine bistronomique naît dans les années 90 en France avec une promesse nouvelle : Créer une nouvelle catégorie de cuisine qui marie les codes du bistro et de la gastronomie françaises. 

Face aux codes rigides de la gastronomie, les jeunes Chefs ont commencé il y a vingt ans à ouvrir leurs propres établissements pour exprimer une cuisine plus accessible et façonnée à leur image. Empruntant des codes des maisons étoilée et du symbolique bistro français, la bistronomie c’est 50% gastro, 50% bistro.

Les prix y sont abordables (des menus souvent à moins de 30 euros) et le service se démocratise sans argenteries et avec moins de personnel (plus de sommeliers ou maître d'hôtels). L’exigence et la technicité de la gastronomie à la française sont conservés et la promesse de produits, frais, locaux et bons est de rigueur.

La bistronomie est un terme-valise aujourd’hui employé pour décrire de nombreux concepts en France et à travers le monde. Elle reste un incontournable du paysage alimentaire français avec une caractéristique principale : Proposer un instant convivial, abordable en dégustant des produits frais et bons avec un respect de la technique.

12.                  « Street-food » : Voyage culinaire au gré des échoppes de rue

Cornet de frites, burgers, hot dog et pizza … Lorsque l’on mentionne la street-food ce sont les premiers termes venant à l’esprit ! Tout droit venu des USA, la tendance street-food se décline dans une multitude de courants issus de cuisines traditionnelles et régionales. Chaque pays possède son type de street-food, sa cuisine de rue.

La cuisine de rue se décline à l’infinie et propose un voyage culinaire au gré des marchands ambulants à travers le monde.

Baraque à frites, pizza, hot dog, Fish and chips, sandwiches pastrami, woke, wraps poulet, gaufres, crêpes etc.

La street-food est le symbole du partage, de l’accessibilité dans tous les pays où elle existe. Elle s’apprécie car elle est ludique, conviviale et riches en choix !

street food

13.         Le fait-maison : Le plaisir simple des français

Le désir de consommation responsable et quelques récents scandales sanitaires alimentaires ont boosté le succès du « fait-maison ». Extrêmement règlementée en France, la cuisine dite « faite maison » implique des plats entièrement cuisines sur place à partir de produits crus (hormis certaines exceptions de produits comme le pain). S’inscrivant dans le courant bistronomique, le fait-maison revient à l’essentiel : le plaisir et le partage.

Derrière le fait-maison, la prise de temps, la patience, le savoir-faire et les ingrédients frais sont tant de gages de qualité qui séduisent une grande partie des français tant attachés à l’art de recevoir à table.

Au restaurant ou même à la maison, les français recherchent la maitrise de ce qu’ils mangent. Yaourtière, sorbetières, machine à pain ou encore potager d’intérieur sont tant de biens sollicités qui traduisent un retour vers l’essentiel et la reprise en main de son alimentation. 

home made

13.                  Méridional : Des saveurs qui mettent tout le monde d’accord !

Pain bagnat, tapenade, houmous, kefir … les saveurs méditerranéennes sont en adéquation croissante avec le consumérisme français. Avec des recettes simples, de bons produits locaux et souvent un savoir-faire ancestral, cette cuisine séduit et parle aux français qui y reconnaissent des racines communes.

La tendance est aussi appuyée par le développement du régime méditerranéen reconnu pour être excellent pour la santé. C’est une cuisine légère et solaire riche en fruits, légumes, céréales, huiles et herbes aromatiques. On limite le poisson et surtout la viande.

Parmi les éléments phares et conviviaux qui reviennent souvent sur les tables ou en soirée cocktails on retrouve les dips de houmous, kefir ou tapenade servis avec des toasts ou simples crudités, toujours apprécies pour leur convivialité. 

La cuisine méditerranéenne diverge en fonction de ses pays mais tous ont des traits communs : Base d’ingrédients mais aussi techniques  de cuisine (importance du farci, du feuilletage) et goûts communs pour certaines saveurs (parfums d'herbes aromatiques, d'épices, goût pour l’acidulé, l'aigre doux…).

14.                  La cuisine « healthy » : La santé dans son assiette 

Bloggers, influencers, instagramers et nutritionnistes n’ont que ce mot à la bouche ! Il suffit d’observer la multitude de hashtags liés au phénomène sur les réseaux sociaux #healthyfood #healthyrecipes #healthylifestyle inondent la toile. Le bien-être et la santé sont la nouvelle tendance de consommation à suivre. De surcroît, étant donné qu’être en bonne santé commence par maîtriser ce que l’on donne à son corps, on assiste à une quantité de nouveaux régimes alimentaires (bio, vegan, végétarien, flexitarien, gluten free, lactose free etc.) et façons de consommer qui placent la santé au cœur des choix alimentaires de chacun.

L'intérêt croissant des français pour leur santé, leur bien-être et leur forme se constate sur leurs tables et dans leurs assiettes. Vertes, légères, bio avec moins de sauces et de viandes, les assiettes des français sont de plus en plus « healthy », autrement dit elles sont plus saines. 

Sain ne veut pas dire sans saveur. L’essor des fruits et légumes bio qui conservent leur goût authentiques ou encore le retour des légumes oubliés sont liés à cette tendance de fond de manger mieux et simple. On s’amuse en cuisinant et en nourrissant son corps en carburant et des nutriments dont il a besoin avec de nouvelles formes d’aliments ludiques comme les smoothies, power bowls, energy balls.

traiteur en ligne - salade healthy

15.                  Le durable : L’engagement croissant des maisons françaises

Recyclage, traçabilité, création de lien social sont tant de pratiques prises au sérieux dans le monde de la gastronomie française. « Faire sa part » et avoir un impact positif dans les enjeux de santé et de société est devenu un objectif.  

Le durable dans la cuisine c’est être vigilant vis-à-vis des ressources épuisables (matières premières et énergies fossiles) et avoir une production responsable en se fournissant localement, en limitant ces déchets et en recyclant. 

Le durable c’est aussi l'éthique et savoir que la responsabilité se situe aussi auprès des producteurs qui doivent pouvoir vivre de leur production.

Avec plus de rigueur sur le parcours du produit, le durable est aussi synonyme de qualité. C’est un gage que le contenu de son assiette vient d’un cycle court et intelligent avec des aliments frais et locaux.  

16.                  Le « slow food » : Consommer moins mais mieux

Prendre le temps de choisir les produits que l’on consomme, de les cuisiner et de les savourer, c’est ce que prône le mouvement slow food. Les français sont graduellement sensibles à cette façon de consommer se construisant en rempart contre le « fast food » et ses mauvaises habitudes alimentaires venues des USA. 

Le slow food sensibilise à la consommation d’aliments de saison et valorise le terroir où ils ont été cultivés. Il s’inscrit dans le besoin croissant de transparence et d'authenticité et peut se rattacher à une forme de cuisine durable et « healthy ».

En consommant une cuisine « slow food » on sait qu’on mange local et qu’on a ainsi un impact positif sur l’environnement et sur sa propre santé.

17.                  Le « raw food » : Une cuisine de cru !

On pensait avoir fait le tour des tendances « healthy » impulsées par le flot permanent de contenu alimenté sur les réseaux sociaux. Le healthy n’en finit pas de séduire ! En 2019, on découvre le dernier must en matière d’alimentation : la “raw food”, en français l’alimentation crue.

Furieusement en vogue, la cuisine crue est promue par les « guru life-style » à l’américaine (Gwyneth Paltrow entre autres règne en maître sur les initiateurs de promotion de style de vie).

Attention : le "raw" est souvent interprété comme étant un régime “crudivore”, à la japonaise. Il s’agit plus en réalité de composer son régime d’un maximum de légumineuses. Celles-ci sont à déguster de préférence bio, non transformées et peu ou pas cuites.

Quel est l’intérêt ? Le « raw » banni toute cuisson au-delà de 47,8°C. Ceci est le seuil limite au-delà duquel se détruisent les vitamines et surtout les enzymes (indispensables à la digestion) présents dans les fruits et légumes. Cette façon de cuisiner conserve donc nutriments, textures et saveurs.

Pour se mettre à un tel régime alimentaire, fini casseroles et poêles. Les outils de cuisine de prédilection sont le déshydrateur, le blender (pour les soupes), l’extracteur de jus à froid (pour les jus de fruits et légumes detox), et un cuit-vapeur à thermostat réglable.

Pour tester la raw food, rdv sur le blog Goop qui mentionne régulièrement tous les bienfaits d’un tel régime. Se convertir entièrement au raw food est contraignant mais occasionnellement c’est un type de cuisine sain et surtout qui conserve les saveurs.

18.                  La cuisine en trompe l’œil : Mirage dans l’assiette

Dernière thématique culinaire en vue sur les tables hexagonales : la cuisine en trompe l’œil met l’expérience au centre du repas.

L’expérience du client étant de plus en plus au centre des efforts du secteur alimentaire, les restaurants se différentient par les instants proposés. Après la brève sensation des restaurants dans le noir, en la « hype » de restaurants robots (bien plus apprécies au Japon), on découvre la cuisine illusion en trompe l’œil. 

Massifiée par des émissions télé consacrées à la cuisine, le trompe l’œil culinaire émerveille et raconte une histoire dans l’assiette. Ce concept de cuisine original et créatif déguise les plats en dessert et les desserts en plats principal. A titre d’exemple, les convives dégustent ainsi avec étonnement des plats principaux qui ont l’apparence de fameux desserts comme le saint-honoré. 

Le restaurant le plus surprenant en la matière reste « Privé de dessert » à Paris. Côté recettes, il suffit de regarder leur carte et de s’inspirer.

L’objectif : Être le plus créatif possible pour laisser place à la surprise totale lors de la révélation puis ensuite lors de la dégustation.

19.                  Le « gluten free » : Produits sans gluten, pourquoi ?

Le régime « gluten free » concernait il y a encore peu uniquement les intolérants aux glutens. Ces derniers souffrent de maux de ventre important lorsqu’ils consomment un produit à base de gluten qui se trouve principalement dans le blé et se forme notamment lorsque celui-ci est en phase de pétrissage.  

Plus récemment, le régime « gluten free » a gagné en notoriété pour ses nombreuses vertus avancées. Couper le gluten garantirait une plus belle peau, une perte de poids, plus d’énergie etc. Sous « l’influence » des tendances venues des USA et des gurus et influenceurs « life style », la tendance croît sans cesse. Ainsi on passe difficilement à côté de la quantité d’offre de produits « gluten free » (sans gluten) présents sur les étalages et restaurants.  

En réalité, ce régime reste sans réelle preuve concernant ses effets sur la santé. Le seul vrai phénomène qui se produit lorsque la consommation de gluten est contrôlée est que l’on se recentre sur ces habitudes alimentaires pour les besoins du nouveau régime. Par conséquent, il est commun de contrôler son alimentation et de l’équilibrer ce qui a souvent un effet sur la sensation de bien-être et d’énergie.

D’autre part, il existe bien une pathologie liée à l’intolérance gluten, qu’on appelle la maladie cœliaque, mais celle-ci ne toucherait qu’à peine 1 % de la population.

traiteur en ligne - gluten free

 

20.                  La cuisine participative : Le collaboratif dans les fourneaux

Proposer une expérience aux convives devient un argument pour se différencier et pour offrir un moment culinaire convivial et surtout mémorable. Dans cette mouvance, on découvre récemment la cuisine participative. Lors de réceptions ou même au restaurant, la cuisine participative invite le convive à participer à l’élaboration de son propre plat. 

Convivial et créatif, les ateliers de cuisine participative en événement, atelier ou team building sont l’occasion pour les convives d’échanger entre eux atour d’une activité en soit. Ils repartiront avec un souvenir gourmand en ayant appris à élaborer un nouveau plat et en ayant dégusté leur création. Dans un format « atelier » facile et rapide (souvent en évènement) la cuisine participative garanti une expérience gourmande et conviviale.

Aliments et recettes

21.                  Les légumes oubliés : Le renouveau des légumes anciens

Souvenirs de saveurs d'antan oubliées ou bien consommation responsable à contre-courant de l’agriculture industrielle, les légumes nostalgiques font leur grand retour dans les assiettes des français. Avec eux viennent souvent une histoire, une région, un sol et un héritage parfois millénaire.

En purée, en poêlée, en soupe, en dips, carpaccio ou en salades, les légumes oubliés comme le topinambour, panais, betterave, rutabaga refont surface pour le plaisir de tous. Des goûts traditionnels qui posent un défi : Créer des recettes où l’accords de mets contemporain et de ces saveurs passées depuis des siècles est parfaitement maîtrisé.

Pourquoi sont-ils tombés dans l’oubli d’ailleurs ? Petit à petit, au fil des décennies, certains légumes ont été supprimés des tables françaises. C’est ainsi que les trois quarts des dizaines de milliers de variétés de fruits et légumes qui faisait la richesse agricole française jusqu'à il y a encore 150 ans sont désormais inexistantes. Ceci au profit d’une centaine de variétés triées sur le volet pour leur rendement industriel.

L’histoire de certains légumes est aussi synonyme de mauvais souvenirs et a délibérément été enfoui dans les lointains souvenirs gustatifs. En France, le rutabaga et le topinambour sont par exemple des légumes qui ont été consommés durant la seconde guerre mondiale lors des pénuries alimentaires.

 

22.                  Les fleurs : Plus de 250 variétés de fleurs sont comestibles

Raffinées, fraîches et colorées, les fleurs comestibles apportent du relief et une vraie touche de légèreté à un plat. Elles sont d’ailleurs le plus souvent cuisinées crues pour garder leur beauté et leur fraîcheur. C’est aussi un jeu de texture car les fleurs apportent une note de croquant à un plat qui peut changer entièrement la dégustation.

Entière ou simplement disposées en pétales, elles sont souvent utilisées en salade, soupe et potage. Leurs arômes variés se marient aussi à merveilles avec certains poissons et certaines viandes. En touche sucrée, les fleurs comestibles se retrouvent par désormais en glace ou en confitures maison.  

En plus de leur couleur et de leur texture et de leur saveur, s’ajoute souvent un jeu de parfum olfactif qui suscite un généreuse proposition autour des cinq sens créant un véritable voyage des sens lors de la dégustation.  

Parmi les dernières tendances on apprécie la lavande qui se déguste en crème glacée idéale pour l'été, la fleur de capucine est parfaite pour assaisonner une salade avec un parfum naturellement poivré, le coquelicot est sucré et se marie à merveille avec des fruit rouge en sirop servi avec un cheesecake par exemple. Attention, allergiques aux pollens s’abstenir ! 

23.                  La matcha mania !

Servi en une variété de formes différente, le matcha est un thé originaire du Japon moulue en une fine poudre. Riche de nombreuses vertus, le thé matcha est un antioxydant, drainant, antistress et est excellent pour le système immunitaire. Il s’inscrit parfaitement dans le besoin croissant de bien-être et de prendre soin de soi. Sa couleur verte est riche, rassurante et évocatrice de naturel et de « zen ».

En buvant du maté, on consomme aussi authentique. En effet, cette boisson est le thé traditionnel servi depuis des millénaires dans les mêmes coutumes lors du rituel du thé japonais. 

Le thé matcha fait fureur sur Instagram, se retrouve même chez Starbuck en format capuccino et débarque maintenant en France sur les tables de certains restaurant étoilé. En effet, en plus de se boire, le thé matcha se cuisine ! On le retrouve ainsi en arôme dans des desserts où sa couleur verte et son amertume sont appréciés pour un plaisir gourmand et sucré sans remords. Parmi les recettes du moment, on retrouve la glace coco matcha, les madeleine gourmandes au thé matcha ou bien encore un délicieux tiramisu matcha. 

 

24.                  Le smoothie : La solution gourmande pour faire le plein de fruit !

Depuis quelques années, le smoothie séduit. « Power » smoothie, smoothie chaud ou en « bowl » il se décline à l’envie. Boisson ludique et rafraichissante à base de fruits ou légumes écrasés et mixés avec des glaçons, le smoothie est une boisson qui se déguste glacée. Elle est une excellente alternative à un dessert, un jus de fruits ou un milkshake qui sont parfois trop sucrés. Elle est aussi un bon encas durant la journée apportant énergie et le plein de vitamines pour tenir jusqu’au repas en pleine forme. Avec de nombreuses recettes, le smoothie contribue à faire le plein de fruit en savourant une boisson glacée agréable. Il s’inscrit dans la vague du « healthy » proposant une pléthore de bienfaits sans se priver.

Parmi les smoothies, les derniers de la famille à faire fureur sur la toile sont : 

  • Le « power » smoothie : Plus recherchée que le simple smoothie à base de fruits ou légumes, le “power” smoothie est l’allié des sportifs. Ces derniers ajoutent à leurs recettes des “super aliments” concentrées de nutriments qui boostent le système immunitaire. Parmi les plus connus du moment, on retrouve les graines acaï ou encore les graines de chia connus pour leurs vertus anti-oxydantes.
  • Le smoothie chaud : En hiver, faire le plein de fruits est indispensable cependant les boissons froides sont généralement moins appréciées. On découvre le smoothie chaud fait à base de fruits qui se dégustent cuit comme la banane, la mangue, les pommes ou les poires mélange à un lait ou une boisson végétale.
  • Le smoothie « bowl » : Grande tendance tout droit venu d'Instagram, le smoothie « bowl » n’est autre qu’un smoothie servi dans un bol délicatement saupoudré de « super aliments »  rendant le tout coloré, gourmand et surtout extrêmement « healthy ».

traiteur en ligne - smoothie

 

25.                  Les jus : Booster l'énergie et varier les goûts  

Dans la famille « healthy », les jus fraîchement pressés sontun vrai phénomène ! Bar à jus, cure de jus et jus détox sont devenus incontournables.

Pour une célébration privée ou un instant gourmand et énergisant en journée, les jus frais sont remplis de nutriments, vitamines et minéraux qui contribuent à booster l’organisme. Ils se déclinent en toutes sortes de variétés de goûts et de couleurs et offrent une vraie pause fraîche et savoureuse en journée pour refaire le plein d'énergie.

Les jus frais (de fruits ou de légumes d’ailleurs) sont aussi une excellente alternative aux boissons alcoolisées et peuvent être une base pour de succulents « Virgin” cocktails » (cocktails sans alcool) comme le punch à la poire et à la rose ou encore l’ice-tea façon jus de citron a la pêche.  

26.                  Les soupes maisons et velouté : « Souping is the new juicing »

Rétro et tendance la soupe sous toutes ses formes est un incontournable de la cuisine française et est plus que jamais demandée ! Bien que d’apparence simple et sans chichi, la soupe séduit toujours. Nostalgie en bol et valeur sûre de la cuisine, on se régale toujours d’une soupe maison faite avec des légumes frais et très souvent avec amour. 

Les français adorent la soupe et en consomme 146 288 tonnes par an, un marché estime en France a 570 millions d'euros. 

Soupe, potage et velouté, quelle est la différence ? Le terme « soupe » est le mot générique regroupant les breuvages à base de légumes, de féculents, de légumineuses, de bouillon de viande ou de poisson servis chauds ou froids. Le potage est un mélange essentiellement fait de légumes et d’eau. Le velouté lui, contient des matières grasses. Ceci le rend plus nourrissant et onctueux, souvent préparé avec une base de beurre et de farine.

Les soupes sont souvent évoquées chaudes mais en été les veloutés et gaspacho sont une délicieuse touche rafraîchissante a un apéritif ou un repas. Chez La Potinière traiteur Lyon par exemple, l'été est synonyme de limonade de gaspacho et de velouté de melon frais ou encore de petit pois servi en format mini limonades individuelles. Un régal estival qui séduit toutes les papilles ! 

27.                  Le naked cake : « Less is more »

Chaque année, l'univers du mariage est animé par de nouvelles tendances.

Aujourd'hui en matière de wedding-cake (gâteau de mariage) la mode est aux « naked-cake » : Ces gâteaux ou tartes sans glaçage sont souvent ornés de façon simple avec fleurs fraîches, fruits des bois ou d'autres éléments dans l'esprit « nature », organique et bohème.

C’est dessert idéal pour des mariés souhaitant conclure leur repas de mariage sur une note champêtre et épurée avec une irrésistible touche romantique !

naked cake

 

28.                  Le « number cake » : Le nouveau gâteau qui fait fureur sur la toile

En matière de pâtisserie, le « number cake » ou « gâteau numéro » est la dernière mode du moment propulsé par Instagram. Sa particularité est qu’il est composé d’autant de gâteau nécessaires chacun en forme de chiffre afin de composer un nombre. Celui-ci correspond le plus souvent à l'âge d’une célébration d’anniversaire. C’est pourquoi le plus souvent le « number cake » n'excède pas deux chiffres dont deux gâteaux.

Ultra visuel, généreux et coloré, on retrouve le gâteau conceptuel partout sur Instagram et sur la toile depuis qu’il a fait son apparition en 2017. C’est une vraie tendance qu’on s’arrache pour célébrer des anniversaires. Avec plus de 250 000 hashtags le #numbercake est la tendance à suivre et à copier.

Artistique et ludique, c’est un gâteau qui reste néanmoins simple et sans chichi. Composé de couches de sablés superposés et entremêlées avec des couches de choux crémeux, le « number cake » est surtout une pièce visuelle. Il est donc souvent agrémenté d'éléments décoratifs et colorés. Pour les « toppings » on choisit en fonction de la personnalité du destinataire du gâteau : Fleurs comestibles, macarons, chocolats, fruits, cookies, oreos et tant d’autres choix font que chaque gâteau est unique! 

Pour ceux qui ne souhaitent pas afficher leur âge, il est toujours possible d’avoir recours au « letter cake ». Ce gâteau en forme de lettre est la nouvelle variation du « number cake » et propose le même concept à l’exception que chaque gâteau composant la pièce prend la forme d’une lettre pour former un seul mot.

29.                  Piñata cake : Pour un gâteau d’anniversaire 100% réussit

Grande tendance de l’année 2018, le piñata cake a émergé sur les réseaux sociaux. Il est rapidement devenu un incontournable des célébrations d’anniversaires aux USA. Le piñata cake n’est autre qu’un gâteau qui - façon piñata - renferme à l’intérieur une quantité de bonbons et autres surprises gourmandes. Celles-ci ne sont accessibles par les convives qu’une fois le gâteau coupé dévoilant des bonbons et douceurs colorées surprises. Le gâteau reprend les codes de la piñata (d’origine mexicaine) et est généralement riche en couleurs vives et décorations chamarrées. On retrouve le gâteau et ses recettes variées sur Instagram et Pinterest où il est furieusement tendance. On le retrouve aussi sous différents noms comme « confetti cake » ou « surprise cake ».

Dessert et animation à la fois, le piñata cake a un effet garanti sur les invités et fait aussi d’excellentes photos souvenirs pour un événement réussit.

 

30.                  Les cake pops, l’amuse-bouche facile

Issu de la tendance « finger food » les pop cakes sont des gâteaux sucrés à déguster en bouchée. Disposée au bout d’un bâton à la manière d’une sucette, les pop cakes tiennent leur nom de la forme de sucette (lolipop en anglais) qu’ils ont et qui fait leur particularité. De forme ronde ou carrée, le gâteau une fois cuit est trempé dans un glaçage ou dans du chocolat. Il s’agit ensuite de le recouvrir de topping de forme, texture, goût et couleurs variées pour rendre sa création originale et ludique.

Le cake pop est une douceur facile à réaliser. La majorité du temps d’élaboration est en réalité dédiée à la décoration du gâteau. Celui-ci doit avoir un aspect gourmand et animée visuellement afin de rappeler les codes des bonbons et autres confiseries.

pop cakes

 

31.                  Mixologie : Les cocktails, une discipline professionnelle

Ces 10 dernières années ont vu la tendance des cocktails alcoolisés exploser en France. Mode américaine au plus haut degré, les maisons françaises se sont mises aux cocktails en suivant ce qui se faisait à New York, Los Angeles ou Londres. Les français se sont par la suite rapidement approprié cette tendance avec des goûts, saveurs et dégustation qui correspondent aux attentes hexagonales. On remarque ainsi le renouveau de certains vieux alcool français totalement tombés dans l’oubli comme l’absinthe, la Chartreuse ou le Lillet. Tant de cocktails autrefois dépassés que les consommateurs français se sont réappropriés. 

Le cocktail est maintenant accessible si bien qu’on en fait même chez soi. Des recettes simples et des tutos vidéo permettent ainsi des proposer de cocktails originaux ou classiques à ses convives autour d’un apéritif dinatoire.  

La « mixologie » devient un art et est pris très au sérieux !  Les bartenders ou barmans sont de vrais professionnels reconnus maîtrisant l’art d'équilibrer des saveurs et arômes à la fois fortes et délicates. Ils sont créateurs et artistes avec parfois une notoriété et une expertise prisée. Entre championnats et formations, il s’agit de rester la pointe des dernières tendances en matière de mixologie.  

Parmi ces tendances on découvre le cocktail culinaire. Les mixologues ont un imaginaire sans limite si bien qu’on retrouve maintenant des aliments dans les cocktails ! Le cocktail culinaire incorpore dans les cocktails, des fruits, légumes, herbes aromatiques, épices et même des champignons et des œufs. Un exemple : Le cocktail whisky, eau pétillante, jus de citron, blanc d’œuf, et sirop d’orgeat. 

32.                  Les mocktails : Une alternative de qualité au cocktail alcoolisé

Le « mocktail » est la contraction de « mock » qui signifie « imiter » en anglais et du mot “cocktail”. Il désigne un cocktail sans alcool. Grande tendance de 2019, le mocktails s’inscrit dans la demande croissante de consommer sain.

Le mockatail est une excellente alternative pour ceux qui apprécient peu les boissons alcoolisées ou qui ne peuvent pas en boire comme les femmes enceintes. Avec les mocktails, on déguste une boisson recherchée qui relève de la même minutie et du même savoir-faire que la mixologie classique. On découvre ainsi des arômes et des accords de saveurs fraiches et délicates avec les inconvénients liées à l’alcool et au sucre en moins. 

Malgré sa mise au-devant de la scène récente, le mocktail existe en réalité depuis une centaine d'année. Sa création a vu le jour pendant la prohibition aux USA au début du 20eme siècle comme solution à l’abandon des bars et autres lieux de divertissement. Il s’agissait alors de proposer des boissons recherchées et tout aussi créatives que les cocktails alcoolisés sans en être une pâle imitation sans alcool. C’est d’ailleurs ce en quoi le mocktail se distingue des « virgin » cocktails qui sont simplement des copies de cocktails classiques mais élaborés sans alcool.

 

33.                  Les power bowls : De l’énergie en bol

Désormais incontournables sur la toile, les power bowls sont de véritables cocktails de nutriments et d'énergie gourmands et furieusement esthétiques. Le power bowl est un bol garni d’un mélange de super aliments riches en nutriments et vitamines pour booster l’organisme. 

Simples et rapides à réaliser, les power bowls requièrent peu de temps de préparation et sont souvent destinés à être mangés sur le pouce. Sans dégustation ni de moment de partage, le power bowl est à mi-chemin entre le snacking et le « healthy ». Conjuguant la rapidité et le caractère « prêt à manger » du snacking avec les nutriments essentiels pour le fonctionnement de l’organisme façon alimentation « healthy », le power bowl séduit de plus en plus en France. 

On retrouve des recettes de power bowl à base de super-aliments aux vertus nutritionnelles inédites tels que les graines de chia ou d’açaï, le soja, les baies de goji ou encore le choux kale. Pour faire un power bowl, on combine ces supers-nutriments à des aliments plus classiques qui apporteront un complément de saveurs comme des fruits frais, un yaourt, du miel ou encore des copeaux de chocolat. 

Dans la mouvance du « food styling » et des tendances alimentaires à forte identité visuelles présentent sur la toile, le power bowl est un contenu idéal pour les réseaux sociaux. Coloré, beau et gourmand, il se prête aux photos alimentant le fil ininterrompu de nouvelles recettes et inspirations sur les supports sociaux parmi une communauté d’amateurs de contenu healthy et « lifestyle » (avec pour ligne éditoriale le style de vie) comptant parmi les plus engagés du web.

34.                  Les poke bowls : Un plat traditionnel de pêcheurs hawaïens maintenant dans toutes les assiettes

Grand gagnant de la tendance du « healthy food » dans la restauration, le poke bowl est sur toutes les lèvres lors de la pause midi. Plus sain que le traditionnel sandwich ou même la salade en sauce, le poke bowl séduit par sa simplicité. Des aliments froids, crus et en variété composent ce bol. Il est préparé sur une base de poisson cru (saumon, thon etc.) mariné et découpés en fines tranches ou en dés auquel s’ajoute une variété de fruits, légumes et crudités (mangue, radis, choux rouges) souvent accompagné de riz ou quinoa. Le tout est assaisonné avec du sésame ou des graines de pavots et une sauce soja non salée. Pour les non-initiés on décrit souvent le poke bowl comme un sushi décomposé.

Le poke bowl est à l’origine un plat de pêcheurs venu d’Hawaï. A base de poisson et d’algues le plat local s’est vu modifié sous l’influence asiatique. Lorsque Hawaï est devenu un état américain dans les années 1960’, les californiens précurseurs dans le mode de vie équilibré ont découvert ce plat et se le sont appropriés au fil des décennies. Maintenant démocratisé, les restaurants et bar a poke bowl (prononcé “poké”) se développent en France.

35.                  Buddha bowl

Nouveauté venue des USA, le buddha bowl est un bol rassemblant tous les éléments d’un repas complet et sain. Cousin du poke bowl, le buddha bowl est sa variante végétarienne et se sert froid ou chaud. On le cuisine avec des aliments nutritifs, de saison et de préférence bio. 

Toujours composé de 3 types d’aliments en quantités égales (protéines, légumes et feuilles vertes), le buddha bowl tient son nom de sa forme arrondie (et certainement de son contenu sain) qui rappelle le ventre rond du Buddha. 

Pour trouver des idées de recettes, il suffit de se rendre sur Instagram avec l’hashtag #buddhabowl. Extrêmement visuel et facile à créer, le buddha bowl est furieusement tendance sur le réseau social comme ses cousins le « power bowl » et le « poke bowl ». 

buddha bowl

36.                  Le « one pot pasta » : Un plat tout-en-un

Popularisé par Martha Stewart - la reine de l’art de vivre aux USA - le « one pot pasta » est un concept facile pour cuisiner de délicieux plats de pâtes. Le concept est simple : C’est un plat de pâtes « tout-en-un » où les ingrédients cuisent tous simultanément directement dans une casserole. Quel est l’intérêt ? Les pâtes en cuisant créent de l’amidon qui mélangé aux autres ingrédients fait l’effet d’un liant et créé une sauce parfumée et onctueuse. 

Facile (inratable) et surtout rapide (15-20 minutes maximum de temps de préparation), le « one pot pasta » est idéal à entreprendre lorsque l’on reçoit. Il permet de proposer un savoureux plat fait maison sans rester loin trop longtemps de ses invités. Simples ou plus sophistiquées, les recettes existent pour tous types de Chefs. En prime : Une seule casserole à laver ! 

Parmi les recettes phares de one pot pasta on peut commencer par s’essayer aux plats accessibles telles que les pâtes fusilli à la tomate, champignons et basilic. Pour découvrir d’avantages de recettes, le mieux c’est de se diriger vers la chaine YouTube de Martha Stewart. 

37.                  Le café : Cette tendance forte de café !

Le café est un incontournable des tables françaises depuis le XVIème siècle et pourtant il devient aujourd’hui conceptuel et tendance. Si bien qu’il se propage auprès de population habituellement peu accoutumée à la boisson chaude tels que les chinois (adeptes du thé) qui en sont devenus de grands amateurs et même producteurs. 

Le café devient cosmétique et se porte presque comme un accessoire qu’on aborde à son bras. Parmi le glossaire contemporain à connaître autour de l’univers du café on retrouve :

 

    • Le café glacé est un café servit froid. Celui-ci peut être préparée de plusieurs façons (avec des glaçons, refroidi ou bien directement infusé à froid). Il est consommé l'été ou dans le pays chauds offrant une excellente alternative rafraîchissante et énergisante conservant son amertume signature et ses arômes.
    • Le « frappuccino » est en réalité un terme déposé par Starbucks, le géant américain premier barista mondial. Il désigne leur boisson signature composée d’une base de café à laquelle s’ajoute un produit laitier (lait, crème ou glace). Le tout est frappé et servi froid. On y incorpore ensuite des sauces sucrées et chantilly.
    • Le « flat white » est une variante du cappuccino. Composé des mêmes éléments et servi chaud, sa différence est que la mousse de lait qui recouvre généralement la tasse débordant de celle-ci dans un cappuccino est subtilement incorporée à la boisson chaude afin d’être délicatement déposée à plat à la surface du café dans un flat white. Ceci créé un nuage blanc rendant la boisson plus esthétique lui donnant un effet plus recherché.
    • Le « latte art » est fruit de la demande grandissante de boissons chaudes plus élaborées façon cappuccino « flat white ». Le latte art est la production de créations artistiques dans une tasse de café utilisant la mousse de lait pour créer des illustrations. Les baristas en ont fait une discipline avec un championnat mondial qui rassemble chaque année les meilleurs professionnels. Sur Instagram on peut ainsi découvrir plus d’1 millions de publications avec la mention tendance du moment #latteart.

    38.                  Le macaron : La success-story internationale française

    Il a fait son grand retour cette décennie ! La petite pâtisserie ronde séduit et fait parler d'elle depuis le moyen-âge d'abord ailleurs en Europe puis en France où il fait sa première apparition à Saint Jean de Luz offerte au roi Louis XIV.

    La pâtisserie favorite de Marie-Antoinette est devenue symbole de l’art de vivre à la française. Le macaron est la pâtisserie la plus vendue à Paris. Juste derrière elle : l'éclair au chocolat ! Les touristes se l’arrachent et les consommateurs hexagonaux en raffolent, idéal comme pause sucrée avec un café ou en idée cadeaux avec des saveurs et couleurs toujours plus créatives.

    La France produit à elle seule 38,5 millions de macarons par an. La production française de macaron est répartie entre les maisons phares comme Ladurée, Dalloyau et Pierre Hermé et s'exporte dans le monde entier.

    La journée internationale du macaron est célébrée dans le monde entier le 20 mars.

    macaron

    Modes de consommation

    39.                  La fin des couverts en plastique : Des alternatives responsables

    2020 marque l’arrêt de l’utilisation des couverts en plastiques jetables. Les désormais incontournables gobelets, pailles et couverts en plastiques seront ainsi bannis au profit d’autres solutions plus responsables.

    Parmi les nouvelles alternatives durables on retrouve des matières durables et recyclables comme le bois ou le bambou. Pour ceux qui apprécient peu la dégustation avec des couverts en bois (qui laisse une texture et un goût possiblement déplaisant pour certains), on trouve aussi des couverts responsables qui sont fabriqués en pulpes de maïs. Ces derniers ressemblent à s’y méprendre aux couverts plus familiers jetables en plastique. Les pailles sont maintenant disponibles en carton jetable ou bien en version portable de poche en acier inoxydable (chacun sa paille dans son sac). 

    Autre alternative à succès : Les couverts comestibles. On trouve à présent des pailles comestibles de saveurs et textures différentes. Il existe aussi des gobelets à café comestibles en gaufrette nappée de chocolat à l’intérieure qui feront du café une vraie douceur gourmande et une animation ludique à proposer. 

    40.                  L’impression alimentaire : Vous reprendrez bien de l’illustration ? 

    La recherche d'authenticité a vu se populariser une demande croissante de produits personnalisables et d’expériences uniques. L’impression alimentaire s’inscrit dans cette tendance avec des possibilités infinies d’impression personnalisée sur gâteau, café, dessert etc. 

    Sur papier de riz, feuille de sucre, pâte d’amande ou bien directement sur certains desserts comme les macarons et même directement sur la mousse de capuccino, il est maintenant possible de numériser n’importe quel document dans une imprimante à destination alimentaire afin de le rendre comestibles ! Les idées et possibilités sont nombreuses.  

    41.                  L’imprimante 3D de chocolat : La déco comestible 

    Suivant les courants impulsés par différentes industries, le secteur alimentaire a aussi pris la vague des dernières tendance technologiques. C’est ainsi que même le chocolat, produit artisanal et coutumier, se voit évoluer. Plus besoin de moules de fabrication et de savoir-faire artisanal pour produire les plus belles sculptures de chocolat, il suffit simplement d’une machine à impression 3D de chocolat. 

    Là où il y a encore peu l’expertise d’artisans hautement formés et qualifiés était nécessaire pour créer une forme en relief en chocolat, il suffit maintenant de créer son design et de l’envoyer à l’imprimante 3D qui recréé le design couche par couche en 3 dimensions. Des couches extrêmement fines - 0,2 mm - faites 100% de chocolat sont alors superposées pour créer le design. Le chocolat reste l’authentique chocolat produit du chocolatier ce qui n’enlève en rien la qualité. L’impression donne simplement une farandole de créations possible qui n’étaient alors pas possibles avec la solution traditionnelle. 

    L’autre grand avantage de cette technologie novatrice est la personnalisation à l’infini. Il est donc désormais possible d’imprimer en fonction des désirs et de l’imagination de chacun, sur-mesure et à la demande.

     

    42.                  Instagram change la donne, la communication à portée de tous

    Source inépuisable de contenu visuel, d'idées et d’inspiration culinaire, Instagram est un outil indispensable à citer dans les grandes tendances culinaires de 2010 à 2020. Sans entrer en détail dans son fonctionnement et la construction de l’algorithme il est tout de même utile de connaître quelques points dans son utilisation. En France, 21% de la population compte parmi les utilisateurs actifs. Ces derniers ouvrent l’application jusqu’à 10 fois par jours. Pourquoi est-ce une tendance à suivre dans le secteur alimentaire en particulier ? Deux raisons principales :

    Food et « life style » gurus : 

    « Influencer » est un terme récurrent auquel nous ne sommes plus étrangers. Publiant du contenu régulièrement, sponsorisé ou non, suivant une ligne éditoriale cohérente, ces personnalités des réseaux influencent les choix et décisions de consommations de leurs abonnés (ou « followers »). Il est ainsi fréquent de voir des influencers recommander des services ou des adresses de restaurants. 

    On voit aussi émerger les « lifestyle » et autre gurus dédiant leur contenu à l’alimentation et à l’hygiène de vie. Ils ciblent une audience intéressée par leur alimentation et leur bien-être. Ils sont ainsi sensibles à leur recommandations et idées en matière de nouveaux produits, recettes et ingrédients à tester. 

    La puissance des communautés :

    A travers le support social, la construction d’une communauté est accessible à tous et pas seulement aux influencers. Il est ainsi fréquent de voir des adresses de restaurants et des services se développer sur les réseaux grâce à une communauté qui les suit, intéressée par leur évolution et leurs nouveautés. Pour se développer grâce au réseau il s’agit de publier régulièrement du contenu de qualité et engager la conversation avec son audience (idée de recette, vidéos tutos, images présentant de nouvelles créations et tant d’autre contenu sont à poster régulièrement pour se démarquer et susciter un intérêt autour de sa marque). 

    43.                  Livraison : Les repas à la demande du consommateur

    Les tendances culinaires de 2010 à 2010 ont grandement été impactées par une nouvelle composante majeure : l’avènement de la livraison à la demande. 

    A domicile ou bien dans l’environnement du bureau, la livraison de repas, boostée par les habitudes d’achats croissantes en ligne, est aujourd’hui entrée dans les mœurs. Plateaux repas, repas prêts à réchauffer, restaurants fantômes et livraison de restaurant de proximités, il est maintenant possible de déguster à la demande une multitude de cuisines différentes toutes accessibles depuis son ordinateur ou son smartphone. 

    La tendance en est à ses débuts mais déjà 51% des français déclarent commander un repas en livraison au mois de mars 2016. La livraison de repas représente ainsi 5.6% des repas consommes ce même mois. Ces chiffres marquent les débuts d’une tendance lourde des français qui attachent de l’importance à leur repas - 74 % des salariés français la pause déjeuner reste un moment privilégié - et qui souhaitent des moyens commodes de consommation.

    44.                  Le petit dej’ reprend son importance dans la journée des français

    Délaissé pendant longtemps, le petit déjeuner revient sur le devant de la scène. Moment privilégié et boostant, il est décisif pour faire le plein d’énergie et bien commencer sa journée. Le petit déjeuner reprend son importance. 

    Moins ritualisé qu’avant (la tartine, les croissants, le café, la confiture) le petit déjeuner devient nomade et répond aux exigences de commodités grandissantes. En entreprise, il est d’ailleurs de plus en plus proposé directement en interne avec la tendance du bien-être au travail importé des USA à l’image des bureaux de startups américaines qui mettent à disposition le nécessaire (solution de transports, petit déjeuner, activités sportives etc.) à leurs employés afin d’optimiser leur productivité. 

    Autour de ce regain d’intérêt pour le repas le plus important de la journée, les déjeuner d’affaires se muent en petit-déjeuner d’affaire. Plus rapide, moins lourd et tout aussi (parfois plus) convivial qu’un repas traditionnel, le petit déjeuner devient tendance. On voit ainsi se développer des services de livraison dédiés à son univers avec des offres variées allant des viennoiseries classiques aux formats plus équilibrés composés de jus, smoothie, fruits et yaourts.  

    45.                  Le food styling : Alerte au nouveau #metier 

    Le « food styling » c’est le stylisme culinaire autrement dit l’art de mettre en scène les aliments afin de les rendre le plus attractif possible en image. Boosté par le rayonnement croissant d’Instagram ou Pinterest et de leur forte dimension de contenu visuel, le « food styling » s’applique aussi aux magazines, livres, menus et toute forme de publicités alimentaires. Les enseignes l’ont bien compris et misent beaucoup sur la maîtrise de cette nouvelle forme de direction artistique pour promouvoir leur marque. 

    Parmi les courants en stylisme culinaire on retrouve des techniques simples d’application à explorer :

    • Le look « en bazar » : Authentiques et imparfaites, les photos alimentaires mises en scène avec des défauts délibérés (miettes, tâches de chocolats ou nappes froissées) sont une façon de s’opposer aux codes industriels et chaînes de fast-food et leurs productions imagées lisses et ultra-photoshopées.
    • Les aliments empilés : Pour avoir un aperçu créatif et coloré de l’entièreté d’un plat, les « food stylers » mettent en scène des aliments empilés à la verticale.
    • La vue de haut : Très graphique, la vue de haut permet de mettre en scène une grande variété de plats. Cette technique est utilisée en particulier pour exposer un contenu varié dans une seule photo. Il s’agit alors de disposer tous les éléments intégrés dans l’image à plat et de les mettre en scène afin que le rendu vu de haut soit gourmand.

     

    46.                  La déstructuration des repas : Le repas à table est-il mort ?

    Petits déjeuners, brunchs, snacks, en-cas, déjeuners, goûters, tea-time, collations, apéritifs, soupers ou dîners etc. Les français profitent aujourd’hui d’une multitude de formes de repas plus ou moins rapides et plus ou moins conviviales délaissant le traditionnel format entré - plat -dessert attablé. Les français restent attachés au repas en tant qu’instant important de la journée - 74 % des salariés français la pause déjeuner reste un moment privilégié - mais se détachent progressivement de l’aspect contraignant et protocolaire d’un repas traditionnel à la française (fourchette à gauche, couteau à droite).

    La pause repas à quelconque moment de la journée ou de la semaine est aussi vécue en plus d’un instant convivial, comme un instant de pause et de liberté. On se libère ainsi des obligations sédentaires d’un repas pour apprécier diverses formes de « break » plus souples. Individuels ou collectifs, rapides ou plus étendues, les repas restent un instant précieux mais leur format changeant peut bouleverser notre conception de la convivialité. Moins de temps, moins de transmission de savoir-faire culinaire, plus d’offre… Ainsi, les français totalisent 5,5 prises alimentaires moyennes par jour déstructurant leur modèle de repas conventionnel.

    47.                  Les food-trucks : Les camions culinaire

    Entre 2010 et 2020, les food-trucks ont envahi les rues de France et des capitales européennes. Dernier né de la famille du « street food » le food-truck est un camion, souvent itinérant, où sont cuisinés et vendus des plats à emporter ou à déguster sur place dans un espace dédié autour du camion. Chaque food-truck a son concept unique et propose sa singularité. 

    Plus simple de gestion qu’un restaurant et surtout mobile, le food-truck fait fureur. On retrouve ainsi de plus en plus de ces camionnettes dans des événements et salons où ils sont une animation en soit. Ces derniers sont ainsi installés comme le serait un stand ou un atelier. Devant un tel succès, il a aussi rapidement été créé le festival du food-truck ou chacun peut flâner au gré des différentes cuisines proposées.

    Gaufres, escargots de Bourgogne, burgers à l'américaine, tacos ou encore glaces minutes. Il existe une variété de camions cuisines pour séduire toutes les papilles.

    48.                   « Food halls », la folie des nouveaux food-trucks 

    Après l’essor des food-trucks ces dernières années, on assiste au développement des food halls. Ces lieux, souvent gigantesques, rassemblent dans un même espace chaleureux et convivial plusieurs enseignes de restaurants. Dans un univers dédié à la restauration chacun peut voyager au gré des stands et se laisser séduire par le type de cuisine qui lui plait. 

    Le food hall est à différencier du « food court » à l'américaine qui rassemble une offre de fast food dans un espace dédié. Contrairement à son cousin américain, le food hall met en avant la qualité et l'authenticité de son offre. Ainsi, il est composé de stands et restaurants au concept souvent unique et à la cuisine élaborée et recherchée. Le but restant d’attirer d’avantage le client vers son stand, la compétition pour se démarquer est rude.

    A l’image de la progression des food halls, le géant italien EATALY règne en maître. Rome, Bologne, Londres, Toronto, Dallas, Los Angeles et en 2019 à Paris … ce sont en tout 37 points de ventes développés à travers le monde pour le concept de food hall italien en 2019. 100% italien et entièrement dédié à l’art de la cuisine à l’italienne, le concept du food hall EATALY met en avant le slow food en valorisant les produits de saison et le terroir où ils ont été cultivés.

    49.                  Transparence : Au cœur des priorités des français

    De plus en plus méfiant à l’égards des grands industriels, 27% des européens déclarent vouloir supprimer les produits transformés de leur alimentation. Le besoin de d’authenticité est une tendance lourde. Les consommateurs exigent plus de transparence et de traçabilité. La démocratisation des produits bio, de la production locavore et durable traduit cette nécessité grandissante de connaître les ingrédients, leur provenance et le processus de fabrication des aliments.

    Le besoin de transparence est d’autant plus essentiel que certains produits font le tour du globe avant d'arriver dans l’assiette du client final. Ainsi, 70 % des français accordent une importance primordiale à l'origine géographique des aliments. 83 % déclarent aussi être devenu plus attentifs à ce qu'ils mangent craignant que ce qu'ils ingèrent ne soit nuisible à leur santé. 

    Contrôler ce que l’on met dans son assiette c’est contrôler une grande partie de sa santé. Le consommateur prend soin de lui. Il veut manger mieux et - à travers cette aspiration à plus de transparence - savoir que ce qu’il mange aura un impact positif sur son corps, son énergie et en somme son bien-être.

    Plus de transparence c’est aussi plus d’information. L’autre enjeu est la protection des producteurs et artisans et leur remise au centre du cycle de consommation. En plus de manger mieux, on veut savoir quel impact on peut avoir. Valoriser la production locale, l’écologie, être un citoyen plus responsable, plus social etc. ce sont tant d’arguments qui séduisent les français. Avoir un impact (même minimum) social et économique commence par exiger plus de transparence.

    50.                  Déconsommation : Une consommation en suspend

    Moins de pouvoir d’achat ou vraie tendance de fond de consommation ? Entre 2015 et 2019, les surfaces de ventes ont vu chuter la fréquentation et le volume de vente dans les produits du quotidien notamment ceux du secteur alimentaire.

    Consommer moins, mieux et plus responsable est une tendance de fond qui n’impacte pas nécessairement la valeur des ventes car consommer mieux c’est aussi acheter des produits avec une plus forte valeur ajoutée. Ainsi, Herta note une vraie demande avec une baisse de volume de 2% mais une hausse de chiffre d’affaire de 0,3% à l’image de leur jambon sans nitrite qui à lui seul représente 30% de leur vente.

    La déconsommation est un indicateur d’évolution des comportements d’achat. Elle est ainsi possiblement symptomatique d’une fragmentation de la distribution traditionnelle en fréquentant moins les circuits classiques. Cette question divise : Certains acteurs assurent que le transfert d’un canal vers un autre ne se fait pas de façon naturellement compensatoire. Il faut ainsi une croissance correspondant à 3 fois plus de chiffre d’affaire en ligne pour rattraper la baisse de chiffre d’affaire de 3,9% en magasin atteste Procos.

    La diminution du consumérisme correspond pour certains à une baisse d’activité mais elle est aussi un défi pour tous et une opportunité que donnent les consommateurs aux acteurs de l’alimentaire : créer une valeur perceptible qui s’inscrit dans les exigences d’un mouvement de fond. 

    ARTICLE CONNEXES

    https://www.byconcept.co/tendances-culinaires-2019/

    https://www.agencecru.fr/tendances-culinaires-2018/

    https://www.huffpostmaghreb.com/2018/01/06/les-10-plus-grandes-tendances-culinaires-de-2018_n_18946724.html

    https://foodgeekandlove.fr/foodnews/tendances-culinaires-2017-11845/

    https://www.snacking.fr/actualites/tendances/4101-Le-Snacking-parmi-les-10-principales-tendances-de-l-alimentation-et-des-boissons-en-2019/

    http://alimentation-generale.fr/alim/wp-content/uploads/2016/01/mdiysdkgxscthiedrwvf-1656x6204.jpg

    https://www.vanityfair.fr/savoir-vivre/diaporama/les-tendances-food-2015/18570

    https://www.agencecru.fr/tendances-culinaires-2014/

    https://www.restoconnection.fr/7-tendances-food-surveiller-de-pres-en-2019/

    https://www.food-market-vision.fr/publication/tendance-culinaire-le-raw-a-partager-ou-a-emporter/

    http://www.slate.fr/life/83399/etude-locavorisme-progression

    https://www.ouest-france.fr/economie/consommation/le-marche-vegetarien-et-vegan-augmente-de-24-en-2018-6162850

    https://photo.neonmag.fr/10-chiffres-sur-le-vegetarisme-en-france-et-dans-le-monde-34552#adieu-veau-vache-cochon-couvee-599444

    https://www.agencebio.org/vos-outils/les-chiffres-cles/

    https://www.snacking.fr/actualites/tendances/3732-Les-Francais-attendent-plus-de-Bio-a-domicile-comme-au-restaurant-/

    https://www.annuairevert.com/dossier/le-snacking-une-consommation-alternative-79.php

    https://www.snacking.fr/actualites/tendances/4346-Congres-du-Snacking-2019-les-tendances-en-20-chiffres-cles-pour-etre-au-TOP-/

    http://www.luxe-magazine.com/fr/article/2145-finger_food_la_revolution_gastronomique.html

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Fooding

    https://tendances.orange.fr/cuisine/nutrition-et-gourmandise/article-la-bistronomie-ou-quand-la-gastronomie-s-invite-au-bistrot-CNT000000dAlbj.html

    https://labelleassiette.fr/blog/la-revolution-bistronomie/

    https://www.lepoint.fr/societe/84-des-francais-s-adonnent-a-la-cuisine-fait-maison-10-06-2010-465424_23.php

    https://www.mangerbouger.fr/Le-Mag/Tendances-de-saison/De-l-oubli-aux-tables-des-restaurants-le-retour-des-legumes-anciens

    http://www.slate.fr/story/106651/fruits-legumes-anciens-oublies

    https://www.magazine-avantages.fr/les-fleurs-passent-du-jardin-a-la-cuisine,187010.asp

    http://madame.lefigaro.fr/cuisine/quelles-fleurs-pouvons-nous-manger-230317-130648

    https://weekend.levif.be/lifestyle/culinaire/le-the-matcha-la-boisson-ultra-tendance-aux-1001-vertus/article-normal-647883.html

    https://www.grazia.fr/beaute/tendances-beaute/phenomene-la-fievre-du-matcha-920826

    https://www.elle.fr/Elle-a-Table/Les-dossiers-de-la-redaction/News-de-la-redaction/Power-smoothie-2954892https://www.elle.fr/Elle-a-Table/Cuisine-minceur/La-folie-des-jus-detox-sont-ils-reellement-efficaces-2965336

    http://madame.lefigaro.fr/cuisine/soupe-potage-veloute-ne-plus-confondre-quelles-differences-recettes-311218-162838

    https://www.femmeactuelle.fr/cuisine/news-cuisine/recettes-soupes-express-16644

    https://www.magazine-avantages.fr/zoom-sur-la-tendance-number-cake,188256.asp

    https://www.cuisineaz.com/articles/5-choses-a-savoir-sur-la-tendance-des-number-cake-2652.aspx

    https://gateaucreateur.fr/blog/63-number-cake-letter-cake

    https://www.businessmarches.com/cocktails-spirits-2017-art-mixologie-apogee/

    https://www.lexpress.fr/tendances/vin-et-alcool/cocktails-mixologie-la-nouvelle-generation-francaise-s-affirme_1691167.html

    https://lebarmanvousdeteste.fr/la-nouvelle-tendance-est-aux-cocktails-culinaires/

    https://www.mariefrance.fr/cuisine/la-creme-des-nouveautes/zoom-sur-le-mocktail-la-boisson-tendance-de-2018-407244.html#item=1

    https://www.cosmopolitan.fr/x-recettes-de-mocktails-pour-un-apero-sans-alcool-au-top,2016223.asp

    https://www.villaschweppes.com/article/le-mocktail-ou-quand-le-sans-alcool-envahit-les-bars_a17391/1

    http://www.leparisien.fr/societe/tendance-des-food-trucks-de-bons-gouts-08-11-2018-7931559.php

    https://www.fourniresto.com/blog/le-developpement-durable-sinvite-en-cuisine/

    http://mccain.begooddogood.fr/ces-chefs-qui-oeuvrent-pour-une-cuisine-durable/

    https://www.lexpress.fr/styles/saveurs/reflexion-sur-le-developpement-durable-en-cuisine-a-lyon_1215906.html

    https://agencetaste.fr/la-tendance-healthy-food

    https://www.ladn.eu/nouveaux-usages/usages-et-style-de-vie/healthy-experience-tendances-2019-restauration/

    https://www.sohealthy.fr/2019-tendance-healthy-coloree-restaurant/

    https://www.depurexperiences.com/food-halls-revolution-monde-de-restauration/

    http://madame.lefigaro.fr/cuisine/rentree-les-incontournables-rentree-fromage-cafe-foodcourt-pailles-ecolo-220818-150151

    https://www.lindependant.fr/2019/03/25/eataly-chronique-dune-success-story-a-litalienne,8089637.php

    https://www.getolympus.com/learn_center/food-photography-trends-instagram

    http://www.claytangroup.com.au/food-styling/

    https://www.yuppiechef.com/spatula/a-trend-we-love-messy-food-styling/

    http://www.quejadore.com/food/Power-Bowl-5-recettes-pour-s-initier-a-la-tendance-food-du-moment-63827-04-04-2016

    https://fr.aleteia.org/2017/05/09/bowl-bon-et-beau-a-la-fois/

    https://www.rtbf.be/info/societe/onpdp/detail_la-tendance-poke-bowl-ou-l-alternative-aux-sushis?id=10034623

    https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/47526/reader/reader.html#!preferred/1/package/47526/pub/69009/page/16

    https://www.panzani.fr/les-recettes/one-pot-pasta/

    https://auchanetmoi.auchan.fr/article/one-pot-pasta-c-est-quoi

    https://www.elle.fr/Elle-a-Table/Les-dossiers-de-la-redaction/News-de-la-redaction/Raw-food-3574409

    https://betterbe.co/fr/nourriture/raw-food-diete-alimentation/

    https://goop.com/food/recipes/cooking-in-the-raw/

    https://www.privededessert.com/cartes-et-menus

    https://www.invivomagazine.com/fr/corpore_sano/tendances/article/187/le-paradoxe-du-gluten

    https://www.restoconnection.fr/restaurateurs-le-marche-prometteur-de-la-livraison-de-plateaux-repas-aux-entreprises/

    https://www.restoconnection.fr/restaurateurs-le-marche-prometteur-de-la-livraison-de-plateaux-repas-aux-entreprises/

    https://blog.digimind.com/fr/tendances/instagram-les-chiffres-a-connaitre-en-2018

    https://weekend.lesechos.fr/perso/developpement-personnel/0601157818529-le-petit-dejeuner-fait-sa-mue-2263882.php

    http://www.slate.fr/story/137066/repas-table

    https://www.snacking.fr/actualites/tendances/4075-Les-Francais-multiplient-les-prises-alimentaires/

    https://www.ladepeche.fr/article/2017/11/01/2676635-transparence-tracabilite-coeur-tendances-alimentaires-2018-2018.html

    https://lesclesdedemain.lemonde.fr/dossiers/alimentation-la-tracabilite-fait-toute-la-transparence-_f-240.html#pdvIbm